La suspension, sanction suprême ?

Dans les établissements traditionnels, la suspension qui tombe relève vraiment de la sanction la « pire » qui soit (exclusion mise à part, évidemment, mais on est alors au-delà). Et à l’Ecole Dynamique, qu’en est-il ?

Illustration par un cas concret récent :

Nous avons eu en Conseil d’Ecole un cas très intéressant à ce sujet. Pas besoin de rentrer dans le détail de ce qui a motivé la proposition de suspension, mais le cas était en tout cas suffisamment problématique pour passer du Conseil de Justice en Conseil d’Ecole. Nous étions donc 11 ce jour là, à discuter de la situation en Conseil d’Ecole et à chercher une « sanction » adaptée. Voilà le déroulé de nos débats :

1- La proposition initiale est celle de la suspension (proposée par l’un des membres de l’école, chacun pouvant faire une proposition qui sera votée à la fin du débat). Mais après 20 minutes, elle tourne et se transforme en :

2- Proposition d’implication + importante dans l’école – je précise ici que l’élève en question a de gros soucis d’assiduité, car il se couche très tard (voire… « très tôt » !) et a donc de gros soucis pour se lever le matin. Notons ici que c’est la personne qui avait fait la proposition de suspension qui a retiré sa 1ère proposition pour faire ensuite cette 2nde proposition. A ce moment là du débat, il s’agissait donc pour l’élève concerné de s’impliquer en Conseil de Justice (en tant que Président ou Secrétaire ou juré) et de rédiger des règles pour l’école concernant une thématique particulière (en lien avec la transgression).

Quand un enfant ou un ado a de gros soucis d’assiduité, comment penser à la suspension comme une sanction « responsabilisante » ? Pour tout le monde, ça paraissait subitement n’avoir aucun sens, la suspension lui permettant juste de rester dormir chez lui… D’ailleurs il lui-même était d’accord 😉

Mais dans ce cas, comment trouver une « sanction » adaptée, celle-ci devant être en lien avec la transgression ??

2

La discussion continue… et puis, au bout de 20 nouvelles minutes, rebelote : changement de vent !

Non, la sanction d’implication dans le Conseil de Justice n’avait pas + de sens, car les rôles de Président et de Secrétaire de Conseil de Justice doivent être motivés intérieurement, et qu’ils ne doivent pas être utilisés comme sanction ! Retour à O pour trouver une sanction adaptée… L’engagement à l’assiduité est toujours vu comme particulièrement important, mais que décider ?

3- La solution trouvée après de nombreux échanges, et qui a été votée avec de multiples motions (des histoires de délais notamment) est finalement une proposition d’assiduité ferme : que le membre de l’école en question soit tenu de venir 5 jours/semaine et d’arriver à 10h (au lieu des 11h, 12h ou 13h habituels) + obligation d’assiduité pendant 3 semaines consécutives (avec la motion : s’il manque 1 journée, le compteur revient à 0 et il repart pour 3 semaines de présence continue).

Pourquoi cette décision des 3 semaines de présence, les 15 jours d’école effectifs étant obligatoirement consécutifs ? Parce que les neurosciences ont montré qu’il fallait 3 semaines au cerveau pour fixer une nouvelle habitude 😉

En + d’1h de débat, nous avons donc vu les avis changer, de nouveaux arguments apparaître et, finalement, les neurosciences valider la décision trouvée et votée démocratiquement !

Publicités

3 réflexions sur “La suspension, sanction suprême ?

    1. D’une part parce que l’Education Nationale nous demande 24h de présence minimum par élève, et d’autre part parce que nous sommes un lieu de vie, une « communauté » (au beau sens du terme), et que venir dans notre école c’est une responsabilisation. Notre école n’est pas un « simple » centre de ressources (même si un centre de ressource c’est sympa aussi !), elle est bien +, et cela demande de l’investissement et de la responsabilisation. C’est une école qui se construit tous ensemble, avec la personnalité de chacun.
      Si un élève veut une école-consommation, alors c’est clair que ce n’est pas chez nous qu’il sera à sa place.
      Voilà un début de réponse, en mon nom propre en tout cas 😉
      Marie

      J'aime

  1. Quelle était la raison d’origine pour se coucher tard voire très tôt ? Jeux vidéo en ligne ?
    S’attaquer à l’amont pour modifier l’aval.
    Par ailleurs une ‘sanction’ peut ‘simplement’ être de faire quelque chose (tâches conseil de justice par ex).
    Egalement : le nombre d’heure est relatif. Il peut être ‘compacté’ pour certains pendant un certain temps.
    Qualité du temps Vs Quantité de temps. Certains sont du matin d’autres du soir. Impact fort sur la liberté.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s