« Pour faire progresser l’éducation, repensons d’abord la société »

Voici la traduction d’un article (avril 2014 – site KQED) sur un nouveau paradigme éducatif. Je n’ai pas tout traduit car la fin de l’article, même s’il propose des voies nouvelles d’enseignement (et une nouvelle position de l’enseignant et de l’enfant) reste en « arrière » par rapport à la philosophie Sudbury, puisqu’il propose des changements dans le format classique de l’école (mais il n’en est pas moins intéressant pour autant ;)). J’ai trouvé intéressant de partager ici la première partie de la réflexion qui reconsidère l’idée de communauté et d’intégration de l’enfant comme membre à part entière de cette communauté !

***

Pourquoi les efforts de réforme de l’éducation ne mènent-elles pas bien loin ? Parce qu’elles commencent par le mauvais problème, dit John Abbott, directeur du 21st century Learning Intiative.

Parce que la désaffection du système éducatif reflète un malaise social beaucoup plus profond, il est impératif que nous réfléchissions d’abord à quel genre de monde nous voulons vraiment : un monde peuplé par des adultes responsables qui comptent sur l’interdépendance et la notion de communauté, ou un monde de «clients» dépendants des produits, des services et des figures d’autorité, incapables de prendre la pleine responsabilité de leurs actions ? La réponse, dit-il, va pointer vers les changements nécessaires dans les trois piliers de l’éducation – les écoles, les familles et les communautés.

La mission d’Abbott est de promouvoir une nouvelle réflexion basée sur l’ensemble des recherches existantes sur la façon dont les enfants apprennent. Ses conclusions ont été synthétisées dans un livre « Sur-scolarisés et sous-éduqués, comment la crise de l’éducation met en péril nos adolescents ». Il vient également de publier une distillation de son travail sur le site  » Battling for the soul of education ».

grenouilles

Comme le dit Abbott, le besoin d’une réflexion n’a jamais été aussi grand. Stimulé par les avancées technologiques, la «civilisation est proche d’une métamorphose qui conduira soit à l’effondrement de la société et au chaos, soit à une résurgence de la liberté, de la communauté et de l’éthique. De toute façon, les écoles sont coincées dans le passé : l’accent a été mis sur le fait de nourrir les enfants d’informations statiques et de les récompenser pour ne faire que ce qu’on leur dit de faire, au lieu de les aider à développer les compétences supérieures dont ils ont besoin pour devenir apprenants tout leur vie et se développer dans un avenir incertain. »

Cette approche – un produit de l’ère industrielle qui reposait sur les travailleurs d’usine conformes et la consommation de masse – favorise la faiblesse plutôt que la force. Elle est devenue encore plus règlementée (et donc plus paralysante) au cours des dernières années en raison d’un manque de confiance. Les adultes qui ont des difficultés à prédire ou contrôler leur propre destin et qui se sentent confus au sujet des « grandes questions de la vie », note Abbott, sont moins disposés à donner aux enfants le temps et l’espace dont ils ont besoin pour façonner leur propre avenir. »

Malheureusement, cette approche de l’éducation va à l’encontre de la façon dont les jeunes apprennent. La recherche a confirmé ce que la plupart des parents de jeunes enfants peuvent déjà voir par eux – mêmes : que les enfants sont nés pour apprendre plutôt que pour être enseignés. Poussé par un désir inné de comprendre le monde et de trouver un but à la vie, ils observent naturellement, déconstruisent, rassemblent et créent leurs propres connaissances. Ils apprennent mieux lorsque cette motivation intrinsèque est exploitée dans ce qu’il appelle « des environnements à haut challenge, mais à faible menace ».

– (comme l’Ecole Dynamique, je me permets de rajouter, puisque c’est une philosophie qui a une très haute exigence envers l’enfant, en terme de responsabilisation de soi et de respect des autres – Marie) –

Imaginer la société d’abord, l’éducation ensuite

Le problème de fond est que le système actuel excelle à préparer les enfants à être des « clients dépendants », donc si nous espérons créer à la place un monde d’adultes responsables à l’esprit communautaire, nous avons besoin de réformer le paradigme éducatif. Cela signifie le remplacement de la métaphore – le concept du monde et de ses habitants comme machines-entités – qui a façonné le système d’éducation ainsi que de nombreux autres aspects de notre culture. Parce que les humains ne sont pas des machines, une dépendance à l’égard de cette métaphore a créé un grand décalage entre les vies réelles et leurs attentes et prédispositions héritées du système, et se trouve à la racine de nombreux défis interdépendants modernes, dit Abbott.

overschooled-mais-undereducated Sa recommandation : commencer par réexaminer nos valeurs collectives et envisager une société où les individus ont plus d’importance.

Le nouvel âge de l’information en ligne partage des caractéristiques clés avec le passé pré-industriel, quand les gens apprenaient dans et grâce à la communauté, à partir d’une variété d’adultes avec lesquels ils ont construisaient des relations. L’apprentissage continuait tout le long d’une vie remplie de travail (contrairement aux taux de chômage élevés d’aujourd’hui et aux niveaux d’engagement très faible dans le milieu du travail) et les personnes étaient jaugées sur leur capacité à effectuer leur juste part des responsabilités au sein de la communauté.

Tous ces éléments ont une incidence directe sur l’éducation : « une telle vision est aussi essentielle pour motiver des générations entières de jeunes à développer leurs facultés intellectuelles dans le plaisir, comme il est de créer une société d’adultes motivés et capables de consacrer d’énormes quantités de leur énergie à la lente, fascinante, parfois frustrante, mais tout à fait essentielle tâche d’introniser tous ses jeunes à l’âge adulte ».

« Les enfants apprennent le plus de ce qu’ils voient autour d’eux, » explique Abbott. « Nous devenons qui nous sommes, à travers les choses autour de nous que nous admirons ou non. Les enfants ne se contentent pas de leur cerveau quand ils vont à l’école « .

Ecole Dynamique Mars-3-2 (1)

Créer des «communautés d’apprentissage collaboratif »

« Il est essentiel de considérer l’apprentissage comme une responsabilité totale de la communauté», dit-il, et ne pas attendre de raccourcis. Les enfants doivent être intégrés, contribuer pleinement comme membres de la communauté plus large, afin qu’ils puissent se sentir utiles et appréciés. (non seulement les enfants en ont besoin, mais les collectivités saines ont aussi besoin des enfants.)

Sur un plan pratique, le levier le plus puissant pour le changement, dit Abbott, est que les gens se réunissent pour «repenser le rôle de la communauté dans le processus d’apprentissage, pour travailler sur la répartition des responsabilités entre les enseignants professionnels et d’autres membres de la communauté, puis lancer des petits projets pilotes, fidèles à leur nouvelle vision. Ces efforts se renforcent mutuellement, dit-il, et les changements à grande échelle vont suivre. »

Il met en garde contre la simple copie d’un modèle spécifique qui a fonctionné ailleurs – chaque communauté doit comprendre ce qui est le mieux pour elle, compte tenu de sa situation particulière. Mais il est convaincu d’une chose: le système scolaire doit être mis sens-dessus-dessous, de façon à réduire progressivement la dépendance des enfants envers les enseignants. Les ratios enseignants-élèves devraient être élevés dans les premières années, puis diminuer de façon spectaculaire à l’adolescence, quand «toute la communauté doit devenir un lieu d’apprentissage», avec des mentorats, « contrats d’apprentissage » et d’autres expériences pratiques d’apprentissage autonome .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s