Préservons l’introversion !

Etes-vous familier avec les concepts d’introversion/extraversion ?
Savez-vous si vous êtes introverti ou extraverti ?

 

Si vous le ne savez pas encore, je vous invite fortement à aller explorer tout ça (vous trouverez tout ce qu’il faut sur internet, privilégiez cependant les articles « à la source », évoquant les recherches de Jung). Il existe également un très bon TED talk « le pouvoir des introvertis ».
En quelques mots, « Ce qui semble le mieux décrire les introvertis est le postulat de Jung selon lequel les interactions sociales draine les introvertis de leur énergie, tandis que la solitude et le silence les rechargent. À l’inverse, les extravertis tirent leur énergie des interactions sociales (…) La distinction semble la plus marquée sur cet aspect : ce qui vous donne ou vous draine de l’énergie. » (voir cet article pas trop mal pour une première approche, et qui tuera dans l’oeuf tous les a-priori qu’on peut entendre dans notre société tellement extravertie…)

 

introversion
Dans le cadre de ce blog j’ai trouvé très intéressant de développer cette notion autour de 2 axes : celle de l’introversion dans l’école (dans l’interaction avec tous ses membres), et celle de l’introversion dans l’équipe (à travers la nécessité d’apprendre à s’écouter et à respecter et faire respecter ses besoins).
***
Etre introverti à l’école (comme membre, avec les enfants, avec les parents)

 

Il y a quelques temps j’ai ressenti le besoin de partager un peu ma situation personnelle avec les parents de l’école. Je peux difficilement rester aux réunions staff-parents le soir (question de distance car nous venons en RER) et j’ai été pas mal absente (la faute à mes enfants qui ont été pas mal malades, les vilains :p). Quasiment 2 semaines sans venir à l’école, suivies de jours chaotiques entre les grèves de RER, la pluie torrentielle, les inondations et les camions qui tombent sur les voies…
J’ai ressenti par la même occasion le besoin d’évoquer avec eux quelque chose qui me tenait à coeur : ma grande introversion et ce que cela implique comme membre de l’école.
On sait à quel point (bon, si vous ne le saviez pas encore, c’est le moment de l’apprendre) notre modèle d’école est basée sur le lien interpersonnel, amical, proche et souvent affectueux. Cela ne veut évidemment pas dire qu’il faut être ami avec tout le monde, ou développer des liens forts avec tous les membres ! Au contraire… La seule chose primordiale à mon sens est de savoir s’écouter, de s’autoriser à être ce que l’on est, et à être au plus près de nos ressentis, et donc s’autoriser à être plus proches avec certains qu’avec d’autres (tant qu’on reste dans la bienveillance et dans un travail sur soi constant évidemment, pas de psychopathe dans nos rangs !! ;)).
Il n’y a rien de pire à mon sens que de tomber dans les 2 extrêmes : interdire toute relation d’affection (comme on le voit dans une structure classique) ou bien imposer une proximité forcée. Les phrases classiques du type « fais un bisou à la dame » (que la dame soit la voisine, la boulangère ou la vieille tante inconnue) m’ont toujours fait horreur. De la même façon, je n’ai jamais obligé mes enfants à faire ou recevoir des bisous pour dire bonjour, de la part de la famille ou d’inconnus (ce qui a parfois causé quelques tensions par le passé !).
pexels-photo-30042-large
Respecter la sensibilité de chacun, voilà ce qui est primordial dans le développement de l’enfant. Voilà ce qu’il est primordial de respecter et de comprendre, en tant que parent, mais également en tant qu’adulte accompagnant, pour chaque enfant. Et ça commence évidemment par le faire pour soi-même !
Evidemment nous avons également besoin de sortir de nos protections blindées contre le monde, nous pouvons nous ouvrir aux autres, et nous devons accompagner les enfants vers cette ouverture, mais pas de force ! Pour ma part, dieu sait comme j’étais réfractaire à tout contact physique au début de cette aventure (suffit de demander au rester de l’équipe ;)) et que j’ai appris à sortir de ma zone de confort touuuuuut doucement, jusqu’à faire un bond spectaculaire en participant à un câlin collectif lors d’un we Eudec (bon ok j’ai attendu un peu, histoire de faire partie de la couche « extérieure » !).
Aujourd’hui j’accepte qu’on me touche ! (mais « on » n’est pas tout le monde, hein, n’exagérons rien ;), et je mets immédiatement de la distance avec toute personne incapable de sentir et respecter la sensibilité des autres à ce sujet)

 

Donc… pour en revenir à l’école :
Le fait est que je suis la personne de l’équipe avec laquelle les enfants et les parents ont le moins d’échanges et d’interactions. Pourquoi ce n’est pas un problème ? Réponse en 2 points :
1- Parce qu’il en faut bien un. Ben oui…
2- Parce que ce n’est pas un manque d’intérêt de ma part mais juste un reflet de ce que je suis, à savoir, une personne introvertie. En tant que bonne introvertie je suis + discrète, et je suis bien + à l’aise derrière mon écran qu’à l’oral. Mais plus que tout, si j’aime les interactions, j’y perds aussi beaucoup d’énergie. Je dois donc faire attention à ne pas me perdre et à me préserver.
Mais je ne le vois pas du tout comme un problème, puisque ça fait partie de la richesse de notre équipe, et de la diversité des « modèles » que nous sommes quotidiennement avec les enfants, surtout dans notre société hyper extravertie…!
J’ai reçu dans ma vie beaucoup de jugements, de critiques et de pression pour devenir une « extravertie » : j’ai été souvent jugée « hautaine » simplement parce que je me mettais en position d’observatrice, attendant avant de participer aux discussions, mais aussi parce que je n’étais pas une super fêtarde (!). Cela m’a fait croire que je devais m’adapter, et j’ai beaucoup lutté contre ma nature… aussi je n’ai plus peur d’affirmer aujourd’hui qui je suis et je sais respecter mes besoins !
Nous avons pas mal de jeunes membres introvertis dans l’école et je crois que c’est vraiment quelque chose d’important à leur transmettre : non, nous n’avons pas besoin de paraître extravertis : nous avons le droit d’être réservés parfois, d’avoir besoin de calme souvent, de solitude, nous avons le droit de fuir la foule et les gros rassemblements !
(je précise, bien que ce soit du bon sens pour moi, que le but n’est pas ici d’enfermer dans des cases – introverti/extraverti -, mais de se connaître pour mieux interagir avec les autres et savoir se préserver. Comme l’a dit Jung à propos de sa typologie de personnalité, le but est d’apprendre à développer ses faiblesses)

goldfish jumping out of the water

***

Etre introverti dans l’équipe :

Suite à notre expérience à l’Ecole Dynamique, je pense fortement qu’une « équipe qui gagne » se doit de rassembler des personnalités diverses et complémentaires.

Parmi les « fonctions » et caractéristiques requises, s’il fallait faire une liste, je dirais qu’il faut (au moins) : un fonceur, un bon communiquant (dans les relations humaines et aussi à l’écrit – ça peut évidemment être 2 personnes différentes), un « maître zen », un à l’aise avec les chiffres, un créatif, un bricoleur, etc… et parmi tout ça, je pense qu’il faut un bon équilibre entre les hommes et les femmes, entre les parents et les non-parents, mais également entre les introvertis et les extravertis. Tout est dans l’équilibre, comme d’habitude !

Il y a quelques temps nos amis de l’Ecole Autonome ont traduit pour leur blog un article de Peter Gray, intitulé « TDAH, la créativité et le concept d’intelligence de groupe ». En voici un extrait :

« Un ami de longue date est connu pour son aptitude à rassembler d’excellentes équipes scientifiques. Aujourd’hui, il est directeur d’un département scientifique d’une des universités les plus prestigieuses du monde. Un jour, je lui ai demandé son opinion sur ce qui fait un bon scientifique. Je ne me rappelle pas ses mots exacts, mais en substance sa réponse ressemblait à ceci : “La science, c’est un travail de groupe. Quelqu’un peut recevoir un Prix Nobel pour quelque chose mais cette personne a toujours bénéficié du travail et des idées des autres. On a besoin de quelques personnes qui soient en gros de bons collectionneurs de timbres. Ils aiment simplement collectionner et organiser des choses. On a aussi besoin de personnes qui aiment s’amuser avec l’équipement. Ce sont ceux qui élaborent des moyens pratiques de faire la recherche qu’on veut faire. On a aussi besoin de personnes qui soient peu portées sur les aspects pratiques, plus sauvages dans leur manière de penser. Ils ont toutes sortes d’idées. Beaucoup d’entre elles sont folles, mais d’autres pas tant que ça, et certaines sont même brillantes. Et puis on a besoin de personnes qui soient douées pour trier les idées, voir lesquelles correspondent aux faits et leur apporter un suivi logique avec des études bien conçues.“ Je suspecte que les équipes de recherche que mon ami a rassemblées ne sont pas dépourvues de personnes montrant des symptômes de TDAH. »

-> Voilà qui me parle bien. Je crois que je serais même capable de donner un des rôles ci-dessus à chaque membre de l’équipe de l’Ecole Dynamique 😉

Mais plus concrètement, que signifie être introverti dans l’équipe ? Et quelles conséquences ?

Introversion-extraversion

Si je parle pour moi, cela signifie avoir besoin de – de présence que les autres « sur le terrain ». Et c’est à prendre absolument en compte, sous peine d’épuisement dangereux, voire de burn out !

Fonder une école c’est intense, fatigant, ça met une pression énorme, sur de longs mois. La faire vivre avec tous ses membres ça l’est encore +. C’est là qu’il faut absolument apprendre à s’écouter pour se préserver : là où certains (extravertis) vont puiser de l’énergie et se ressourcer dans la relation avec les membres de tous âges, en cherchant à développer encore + de contacts (quitte parfois à passer tout leur temps à l’école), l’introverti de base comme moi va au contraire avoir besoin de repos psychique dans un repli salutaire et solitaire.

Comment gérer ça, pour finir ? Premièrement, en l’annonçant clairement : une « équipe qui gagne » c’est une équipe qui est à l’écoute des besoins de chacun. Deuxièmement en adaptant au maximum son planning : personne n’a à gagner à avoir un membre d’équipe épuisé et sans ressources !

Publicités

5 réflexions sur “Préservons l’introversion !

  1. Merci marie pour tout tes articles(je prend pas assez souvent me temps de le dire) ils nous font un bien fous, continue longtemps longtemps encore encore

    J'aime

  2. LA PERSONALITE INTROVERTIE DE ALAIN MOCCHETTI
    Parmi l’ensemble de mes sœurs qui sont 4 et de mes frères qui sont 2, c’est moi qui suis le plus introverti de la famille MOCCHETTI-MOLINARI. Je peux dire que je suis introverti de naissance et dans ma toute jeune enfance, je vivais heureux dans ma coquille, étais je autiste à ce moment la, je crois que oui. Contrairement à mes sœurs et mes frères, je ne parlais pas, je n’avais pas d’opinion, pas de répondant, je devais être ennuyeux pour les personnes qui cherchaient à communiquer avec moi, beaucoup me disaient que je n’avais pas de caractère et cela a perduré pendant des années, jusqu’à l’âge de 28 ans. Scolairement parlant, j’étais très moyen en expression orale forcément et en expression écrite. Au Collège comme au Lycée, je détestais la Littérature et la Philosophie, ainsi que les langues étrangères, mon introversion a été un vrai handicap pour moi. Par contre quand j’ai fait mes études supérieures, je me suis découvert des facultés importantes pour les matières scientifiques et les mathématiques avec une particularité pour les mathématiques où j’ai brillé de la 6ème jusqu’à la 5ème année de faculté (UFR Sciences de Metz). Pour résumer je suis sorti de la Fac avec un Master que j’ai obtenu de la meilleure des façons (mention TB en Licence de Construction Mécanique et mention B au Master). A ce moment la j’avais un faible niveau en expression orale et en expression écrite. Je m’en rendis compte quand je fus embauché à SGN (ex Saint Gobain Nucléaire) filiale Ingénierie de la COGEMA devenue AREVA NC. Comme tout le monde, je me suis formé sur le tas, j’étais Ingénieur d’Essais, puis Ingénieur Responsable d’Unités pour finir Ingénieurs Achats & Marchés en intégrant le projet 2490. Très vite j’ai appris à faire de la rédaction de qualité, et à m’exprimer oralement avec éloquence. En tant que responsable, j’ai encadré des Techniciens pour commencer et ensuite des Ingénieurs d’essais quand je fus promu Ingénieur RU à G27. J’ai calqué mot pour mot la façon d’écrire et de s’exprimer oralement de l’Adjoint Opérationnel de G27 et de l’atelier T1 (UP3 800), à savoir Monsieur Jean-Jacques Izquierdo qui excellait dans ces 2 disciplines. Je dois donc mon niveau actuel à JJ Izquierdo que je remercie au passage pour m’avoir fait énormément progresser. Pour aider ma femme Sophie LARONCHE à s’occuper de notre fils David qui était insomniaque à l’extrême les 10 premières années de sa vie, en plus d’être Autiste et Hyperactif, j’ai négocié un départ de SGN fin mai 1990, pour aider Sophie à s’occuper de David, nous étions pas trop de 2 tellement que David était dur. J’ai donc sacrifié ma carrière d’Ingénieur, c’est David qui a primé par rapport à celle-ci, qui n’aura duré que 11 ans, si je n’avais aidé Sophie à s’occuper de David, elle et ma fille Ophélie auraient craqué en faisant une dépression nerveuse. Quand je parlais de manière très éloquente avec mes amis des Terrasses à Equeurdreville, ils me disaient que j’étais très cultivé. Depuis 2009, j’ai quitté Equeurdreville pour venir habiter à Pont l’Abbé pour me rapprocher de David qui séjourne depuis le 29 décembre 2004 dans la Fondation Bon Sauveur, dans l’Unité Pierre Jamet pour être plus précis. J’ai très peu d’amis et je vis de façon très sédentaire, donc je communique très peu oralement au présent et je n’ai plus l’éloquence verbale que j’avais de 1986 à 2009. Je n’en suis pas sur, mais je me sens de nouveau introverti faute de communication verbale, j’ai l’impression d’avoir fait marche arrière, fort heureusement je ne me sens plus présentement c’est-à-dire au 27 juillet 2016 dans ma coquille d’autrefois.

    Alain Mocchetti
    Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
    Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
    UFR Sciences de Metz
    alainmocchetti@sfr.fr

    J'aime

  3. Oh merci merci beaucoup pour cet article … j’en ai les larmes aux yeux, cela me touche tellement. J’ai mis aussi beaucoup de temps à m’accepter comme introverti dans ce monde tellement jugeant … cet article m’apporte ce dont j’avais certainement besoin aujourd’hui, un soutien psychologique … Mille Mercis Marie du plus profond de mon être ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s