Faire confiance et attendre… sans impatience

Le-visage-de-la-paix-Picasso

Article de Anne-Frédérique, maman d’une membre de l’École Dynamique

Émotion, étonnement, curiosité, critique, jugement… Quand on parle de l’École Dynamique, on a toutes sortes de réactions de la part des personnes qui ne connaissent pas, et en fonction du contexte, de l’interlocuteur, du temps qu’on a, de l’humeur… le sujet prend une couleur très différente. Alors comment « parler » de l’École Dynamique? C’est la question qu’on se posait lors de notre dernière réunion entre parents, membres et staff de l’École Dynamique (les « membres » sont les enfants et jeunes qui sont inscrits à l’école et les « staff » sont les membres du personnel salariés ou bénévoles de l’école).

Alors à cette question il n’y a pas UNE réponse ! Et de la même façon que, selon la philosophie des écoles démocratiques, chaque individu a sa propre relation à l’apprentissage, et bien je dirais que chaque parent a sa propre relation à l’école et la seule vraie façon d’en parler est de raconter sa propre expérience, qui sera évidemment différente d’un parent à l’autre, en fonction de sa personnalité, de l’âge des enfants et aussi de tout un tas d’autres choses intangibles qui entrent en jeu !

Donc pour vous « parler de l’« École Dynamique », je propose de vous raconter une histoire. Celle que je vis depuis plus de 2 ans maintenant. C’est à 6 ans et demi que ma fille a rejoint l’École Dynamique. Elle a aujourd’hui presque 9 ans. Elle a donc été confrontée à la petite question « tu es dans quelle classe ? » des dizaines de fois… (C’est une question d’une grande banalité pour beaucoup d’enfants et je me rends compte qu’on la lui pose très très très souvent…) Répondre à cette question quand on est dans une école où il n’y a pas de classe, pas d’enseignant, pas de programme, pas de devoirs, pas de… est assez délicat. Et pourtant, ma fille – comme de nombreux autres membres de l’école à en croire les témoignages que j’ai eu – répond de façon très naturelle : soit « CE2 » (mais elle esquive alors la 2ème question « elle s’appelle comment ta maîtresse ? » en parlant d’autre chose 😉 soit elle se lance dans une explication sur le fonctionnement démocratique de son école si elle sent la personne à l’écoute et prête à lui consacrer un peu de temps.

Et bien moi je fais comme elle et je trouve cette approche très efficace ! Alors comme on est sur le blog de l’École Dynamique, je vais choisir la 2ème option et vous raconter comment je me suis « déscolarisée »…

Si je devais écrire une accroche, je dirais que « l’École Dynamique c’est l’école des parents qui font confiance à leur(s) enfant(s) » et une fois qu’on a dit ça et bien c’est

un travail de tous les jours… Parce que la CONFIANCE entière et totale que l’on fait à son enfant ce n’est pas naturel dans notre société. La confiance dans son acception la plus large : c’est lâcher le contrôle, l’emprise et tout ce qu’on a vécu soi-même et que l’on voit autour de nous. Cela demande une patience à toute épreuve qui va à l’encontre des rythmes imposés. C’est un choix qui nous marginalise de la société parce que laisser un enfant libre de ses choix d’apprentissage, libre de faire ce dont il a envie, libre de jouer toute la journée si telle est sa volonté, libre d’apprendre à lire, à écrire, à compter quand il le désire et comme il le désire, libre de tout… c’est considéré comme de l’inconscience ! « Que va-t-elle devenir plus tard ?», « est-ce qu’elle va avoir son bac ? », « comment va-t-elle réussir sa vie ? »… et j’en passe… Il y a aussi « et quand elle sera dans la vraie vie, elle fera comment ? »

Je ne sais pas répondre à ces questions… (sauf la dernière : elle est DÉJÀ dans la vraie vie !) mais ce que je sais c’est que ma fille développe une confiance en elle absolument exceptionnelle à travers la confiance qu’on lui porte mais aussi grâce à la façon dont elle est actrice de sa vie à l’école, sa façon d’interagir avec les autres membres et les adultes. Elle développe son leadership dès le plus jeune âge, ce qui lui permet (et lui permettra) d’être complètement maître de sa vie, de ses choix, de ses envies et d’être capable de rompre avec les idées reçues.

J’en ai des preuves chaque jour, et chaque jour elle me bouscule et me fait réfléchir sur mes réactions et m’incite à me remettre en question. Alors bon ce n’est pas toujours facile ! On n’a pas toujours le temps, pas toujours envie de se « prendre la tête » et il m’arrive parfois de faire appel aux bons vieux réflexes de « l’autorité parentale » (« Il est très tard, tu dois te coucher maintenant » ou « tu éteins la tablette, ça fait déjà 2h »)

Et justement, un soir alors que je réalisai qu’il était 23h30 et qu’elle était en train de dessiner tranquillement allongée par terre avec tout son matériel étalé autour d’elle, je lui dis : – « il est tard, il faut aller se coucher maintenant ». Sans même lever la tête elle me répond : – « c’est ridicule de dire ça… c’est pas parce qu’il est tard qu’on doit aller se coucher » – moi : « tu me dis que je suis ridicule ??? » – elle : « c’est ce que tu dis qui est ridicule. C’est vrai, on va se coucher si on a sommeil, pas parce qu’il est tard… » – moi : « Ok ! Je rectifie, il est tard et J’AI envie d’aller me coucher ».

Ce dialogue a l’air anodin mais il reflète ce que l’on vit très souvent : décider à la place de son enfant est finalement une chose assez établie et considérée comme étant « normale ». J’ai pris cet exemple parce qu’il est presque anecdotique et que cela montre à quel point notre relation est une relation d’individu à individu et pas d’adulte à enfant et encore moins de dominant à dominé.

Mais revenons à notre sujet « comment parler de l’École Dynamique? »… Pas facile du coup, car cela remet en cause des principes bien ancrés. Pas facile de résumer, pas facile de ne pas choquer, pas facile de se faire comprendre mais quand la

curiosité, le respect et l’écoute sont au rendez-vous alors on peut en discuter sans être obligé d’être d’accord à la fin, sans être obligé de militer pour quelque chose, sans même chercher à convaincre. D’ailleurs s’il y a bien une chose que je ne fais pas, c’est essayer de convaincre car c’est un choix tellement impliquant qu’il ne peut être que l’issue d’un cheminement personnel.

Alors je comprends la surprise et l’incompréhension des gens sur le sujet (j’ai moi même encore des questionnements et doutes qui reviennent parfois… même souvent !) Ma vie est un enfer !!! 😉 Je ne suis jamais tranquille, je suis même parfois excédée quand elle me demande de lui lire un texte, j’ai tellement hâte qu’elle soit autonome dans la lecture pour profiter de tout ce que cela peut lui apporter. Mais qui va lui apprendre ? Quand ? Comment ?…

Alors quand j’en suis là, je pense à tous ces enfants qui ont un potentiel énorme et qui se sont mis en retrait car on a voulu leur imposer d’apprendre telle ou telle matière de telle heure à telle heure alors qu’ils avaient simplement besoin de temps. À ces enfants qui se sont sur-adaptés pendant des années et qui ont « pété un câble » quand la coupe était trop pleine. Je ne suis pas en train de critiquer l’École mais je sais juste qu’elle n’est pas adaptée à tous les profils et je cultive le doute sur beaucoup de choses mais il y a une chose qui me semble d’une évidence limpide, c’est que ma fille – depuis qu’elle va à l’école – ne semble pas disposée à être une « élève » qui corresponde aux critères attendus par l’Éducation Nationale. Elle a connu la maternelle et c’était déjà tellement difficile pour elle qu’on n’a même pas essayé d’aller plus loin… Alors imaginez les petites voix internes (et externes) « le CP c’est quand même hyper important, on apprend à lire et à écrire »… Oui, et je ne sais toujours pas d’où vient cet élan qui m’a poussée à faire le grand saut, moi qui suis plutôt dans le contrôle ! En fait si, je sais : LA CONFIANCE, je donne toute ma confiance à mon enfant et je crois que c’est le plus beau cadeau que je puisse lui faire dans sa vie, pour son éducation, pour son évolution, pour sa liberté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s